Conseils de sexe et coquins

Pour une sexualité epanouie lisez quelques textes erotiques

*********************************************************


Surprise infaillible sous la couette

FEMME AIMANT SUCER AU 08 95 699 075


Envie de pimenter le calin du soir ?

Simple comme bonjour.


Dis-moi dans quelle tenue tu dors, je te dirai qui tu es…

Vous dormez en pyjama ?  C’est l’hiver, il est vrai et les nuits sont fraîches. 

Cependant, dormir nus l’un contre l’autre, n’est-il pas le meilleur moyen de rester bien au chaud ?  Il est surtout si agréable de se blottir l’un contre l’autre, peau contre peau en partageant ce contact privilégié avec l’être aimé, un contact tactile sujet à de nombreuses tentations et au désir au moment de se souhaiter une bonne nuit.

Même si le lit est le lieu traditionnel des ébats

Annonce controlée par : Laura au 08 95 699 077

La femme et le refus de la fellation

ELLE NE VEUT PAS SUCER



Bon nombre d’hommes se plaignent du refus de leur compagne de leur prodiguer cette délicieuse caresse bucco-génitale qu’est la fellation.

Annonce controlée par : Laura au 08 95 699 077

La beaute des femmes par rapport a leur fertilite

FEMMES CHAUDES



Une équipe de psychologues a effectué une recherche étonnante sur le taux d’oestrogène (hormone sexuelle liée à la fertilité) des femmes par rapport à leur beauté.

59 femmes entre 18 et 25 ans ont été sélectionnées pour participer à cette étude amusante.
Le niveau d’oestrogène de ces jeunes femmes a été analysé et elles ont été photographiées.

Annonce controlée par : Laura au 08 95 699 077

Striptease

Envie de sortir le grand jeu à votre Jules ou de raviver la flamme dans le boxer de votre mari, les filles ?

Effeuillage ce soir, avec un mot d’ordre : « tu peux regarder mais pas toucher « …enfin… pas tout de suite…

L’ambiance

Préparez un décor aux lumières tamisées avec des tas de bougies partout ; la lueur chaude des flammes sublimera votre teint.
Quelques bâtons d’encens ajouteront une connotation sensuelle et mystique à votre show.
Choisissez une musique sensuelle (LE grand classique du chanteur à la mode, musique lounge, RNB,…) sur laquelle vous évoluerez parfaitement à l’aise.
Attention au timing ; il serait dommage que la musique s’arrête en plein milieu de votre striptease.  Une répétion ne serait pas superflue.

Votre corps

Préparez votre corps au préalable pour qu’il rayonne de sensualité et de douceur avec un bon bain chaud pour dilater les pores, un gommage pour éliminer toutes les peaux mortes et adoucir votre peau et terminez par un lait corporel à paillettes pour briller de mille feux.
Adoptez une coiffure inhabituelle : glamour, sauvage, très féminine en tout cas.  Quelques mèches de couleur égayeront votre visage.
Optez pour un maquillage de fête, plus prononcé que votre maquillage habituel.
Sublimez votre teint avec un fond de teint lissant, de la poudre du désert et du blush.  Faites-vous des yeux de biche et maquillez vos lèvres d’une couleur éclatante.
Surprenez-le en érotisant votre Mont de Vénus par une épilation totale qui se pratique maintenant dans certains instituts de beauté.  C’est certain, il va craquer !

Votre tenue

Oubliez le pantalon.  Pour faire durer le plaisir, pas de robe mais une jupe et un haut sexy et des chaussures à talons très féminines.
Dessous, femme fatale oblige, un porte-jarretelles et des bas.  A cela non plus, il ne résistera pas.
Choisissez une lingerie très sexy du style guépière ou bustier.
Décolleté « balconnet » pour les petites poitrines et « corbeille » pour les plus fournies.
La tendance pour couvrir votre sexe : un slip fendu !

Votre show

Commencez votre show lentement et langoureusement en vous faisant désirer.
Dos à lui, remontez votre jupe pour laisser apparaître bas et porte-jarretelles.  Faites onduler vos hanches langoureusement.
Retournez-vous et en vous effeuillant lentement avec sensualité et érotisme.
Plongez votre regard le plus coquin dans ses yeux amoureux et excités.
Vous êtes belle, sexy, coquine : une vraie bombe !!!
Mordillez-vous la lèvre inférieure et humectez-la avec votre langue gourmande.
Jouez avec vos cheveux en les caressant, en les faisant bouger.
Déhanchez-vous lascivement et commencez par enlever le haut après lui avoir suggéré ce que vous portiez dessous.
Continuez à danser lascivement en tournant et ôtez votre jupe, lentement, en ondulant du popotin.
Une fois en lingerie, caressez langoureusement votre corps toujours en l’allumant de votre regard et de votre bouche.  Caressez visage, cheveux, seins, ventre, hanches, bas-ventre, fesses, cuisses et attardez-vous sur vos points forts : seins, sexe et fesses.
Bosse dans le pantalon assurée, à moins qu’il n’aie déjà sorti son beau glaive pour vous mettre en appétit !
Enlevez à présent votre soutien-gorge, bustier ou guépière et reprenez vos caresses.
Dévoilez-lui la fente de votre slip en y glissant un doigt, votre main sur votre sexe le fera fondre d’émoi.
Vous pouvez vous approcher de lui pour lui demander de glisser un billet dans votre slip.
Nouvelle surprise assurée loin de la routine du calin sous la couette.
Quelques caresses et déhanchements lascifs plus tard, ôtez ce slip qui cache vos parties intimes.  Caressez-vous avec le tissu pour l’imprégner de votre odeur et lancez-lui au visage.  Hmmmm, le coquin aura du mal de ne pas résister à vos effluves aphrodisiaques naturelles.

Un premier contact est établi.  Gardez porte-jarretelles, bas et chaussures et dirigez-vous vers lui pour improviser la suite des événements…

Annonce controlée par : Laura au 08 95 699 077

Trois coquines en une

7h00 : Romain se réveille avec la latte du matin.  Il est allongé sur le dos contre sa femme qui dort encore.  Depuis qu’ils sont ensemble, ils dorment chaque nuit entièrement nus, l’un contre l’autre, après avoir fait l’amour comme chaque soir.  Il est très excité et son désir est décuplé par le contact des douces fesses de son épouse contre sa queue raide comme le béton.   Il sent sa chatte s’humidifier dans son sommeil et ne peut s’empêcher d’insérer son sexe en demande dans la fente accueillante qu’il n’a aucun mal à écarter.  Elle gémit et il dépose des baisers humides dans sa nuque et sur son épaule.  La belle au bois dormant est révéillée par la queue raide qui la pénètre.  Elle soulève la cuisse gauche pour frayer un passage plus aisé à Romain qui lui titille le clito en la baisant par derrière.
– Hmmmm, mon amour…  Quel réveil agréable…  J’adore ta latte matinale…
– Je sais mon ange…  Je t’aime…

11H30 : Après plusieurs rendez-vous avec des clients, Romain décide de faire une pause avant de rejoindre la PME qu’il dirige.  Il a des envies…  Il s’arrête chez une pute qui reçoit à domicile.  C’est un habitué et un client apprécié.  Elle porte un corset en latex rouge qui souligne ses seins hypersensibles, des bas noirs retenus par son porte-jarretelles et des sandales à talons hauts et semelles compensées transparentes.  Romain est très fetish et il craque pour toutes ses tenues sexy.  Elle l’emmène dans la chambre, enlève la veste de son costume, ouvre sa braquette pour en extraire le sexe bandant qu’elle se met aussitôt à sucer en s’agenouillant face à lui.  Le temps est compté, il garde sa chemise et sa cravate et observe la pute aspirer sa queue et pourlécher son gland.  Lorsqu’il est raide à souhait, elle l’invite à s’allonger pour le baiser.  Elle le chevauche et s’empale sur le sexe durci de plaisir.  Il observe le moindre de ses gestes pervers à souhait.  C’est une professionnelle.  Pendant qu’elle va-et-vient sur lui, il caresse le latex et la résille de ses bas puis saisit ses seins et les malaxer comme elle l’apprécie tant.  Il lui laisse le temps de prendre son pied mais il veut jouir dans sa bouche.  Elle le sait, c’est la volonté du client et le client est roi.  Elle se délecte de la liqueur épaisse et goûtue du jeune cadre dynamique.
– L’argent est sur la table de chevet, petite salope.  Il faut que je retourne au bureau.
– Merci Romain.  C’est toujours quand tu veux.  Un client comme toi, c’est d’enfer…  Tiens, la prochaine fois, c’est
gratuit pour toi…

14h30 : La réunion est terminée.  Romain rejoint son bureau et appelle sa secrétaire.  Elle porte un pull pourpre seyant et décolleté qui lui va à merveille, une jupe de tweed grise, des bas pourpres et des bottes de cuir noir.  Il lui met la main aux fesses par dessous sa jupe et commence à bander en caressant la dentelle de ses bas autoportants.  C’est que c’est de la bonne marchandise tout ça !  Elle se retourne, le regarde par dessus les verres de ses lunettes qui renforcent son look BCBG et pose sa main sur sa queue en l’embrassant fougueusement.  Il écarte son string, pourpre, comme ses bas, pour accéder à son clito et à sa chatte qui mouille.  Après l’avoir quelque peu titillée pendant qu’elle le branlait, il la retourne et elle s’accroupit sur le fauteuil de direction.  Il remonte sa jupe pour lui donner quelques fessées avant de la prendre en levrette.  Elle aime ça la cochonne !!!  Après la chatte, c’est au tour du petit trou de se faire labourrer et il se dilate sans aucun problème après qu’il lui a craché dessus.  Il la fait jouir puis jouit à son tour en faisant gicler sa semence sur ses fesses.
– Hmmm, Monsieur le Directeur, quel plaisir de travailler pour vous.
– Autant pour moi, c’est un plaisir d’avoir une secrétaire aussi sexy et cochonne à la fois, toujours prête à écarter les
lèvres, toutes les lèvres, pour son boss…

19h00 : Romain rentre à la maison.  Sa femme l’attend pour un dîner en tête-à-tête aux chandelles.  Saveurs aphrodisiaques aux menu, elle a de bien coquines idées derrière la tête…  Pour allumer son mari qui la désire comme au premier jour, elle a enfilé une guépière de voile noire qui ne cache rien de son anatomie, des bas noirs tenus par son porte-jarretelles, des talons aiguilles et de longs gants noirs.  Elle joue à la diva ce soir avec son chignon aux quelques boucles rebelles,ses yeux soulignés de noir et sa bouche rouge à souhait.  Elle titille l’extrémité de son porte-cigarette comme s’il s’agissait du sexe de l’homme de sa vie.  Leur amour se lit dans leurs regards ; ils sont heureux et ils vont faire l’amour jusqu’aux petites heures…

Quel bonheur d’être ces trois femmes-là à la fois !

Annonce controlée par : Laura au 08 95 699 077

Mon boss et moi

Hier, pour bosser, j’ai délaissé pantalon et jean pour une jupe courte, un pull noir seyant avec profond décolleté en V, des bas autoportants et des bottes de cuir noir à talons aiguilles.Mon boss adore la féminité…  Ma tenue le séduit :

– "Vous tenez encore à vous faire attraper par derrière aujourd’hui ?"
* "Hmmm, pourquoi pas ?  La levrette, j’adore ça !".

La journée commence bien…

Rendez-vous avec une cliente, secrétariat, rédaction de mes articles, mails divers, la matinée a tôt fait de passer.
A midi, je mange mon sandwich derrière mon pc, profitant de ma demi-heure de table pour poster et répondre à quelques
messages sur ma com sexy.  Je me sens chaude…   Cependant je ne laisse rien transparaître.  J’évite d’allumer le boss, plongé dans des dossiers importants.

C’est sans compter sur les pensées coquines de ce dernier qui surgit dans mon bureau vers 13h30, le sourire au coin des lèvres qui en dit long et que je lui connais tant, en me disant : "Lève ta jupe !".

Il s’approche de moi et en bonne secrétaire de direction que je suis, j’exécute son souhait en allant même plus loin : "Je ne la lève pas, je l’enlève…".  Et je fais glisser le vêtement le long de mes jambes en m’approchant de mon boss sexy. 

"Hmmmmmmm, petite cochonne…" me répond t’il en saisissant mes fesses dans ses deux mains pour me coller à lui.  Il glisse une main sous mon pull pour caresser mes seins. 

Sous son pantalon, contre mon sexe excité par ses caresses, je sens une bosse durcir.  Je palpe l’adorable mont, puis saisis fermement ses fesses pour les caresser à mon tour, de manière plus sauvage que lui.  Il gémit, je fais de même.  Frottant mon sexe de gauche à droite contre sa queue, nous plongeons dans un long baiser excité et ennivrant.

Il déboucle sa ceinture, extrait sa queue déjà raide de son pantalon de toile et je m’agenouille face à lui pour lui prodiguer une pipe gourmande dont j’ai le secret.  Nos regards ne se détachent pas l’un de l’autre ; il aime voir à quelle point j’assume ma vie sexuelle et j’aime lire le plaisir sur son visage illuminé.

" Tourne-toi, gourmande ! " me dit-il en me donnant une claque sur la fesse droite.

– " Hmmmm, quel bonheur d’être votre secretaire, Monsieur le Directeur… ".
– " Quel plaisir d’être ton patron, petite salope ".

Je prends son commentaire comme un compliment parce que c’est ainsi qu’il l’entend.  J’enlève mon pull, mon soutif par la même occasion, pour me retrouver en string, bas et bottes noires.  Je sais parfaitement bien comment lui mettre la fièvre.

Je m’agenouille sur ma chaise de bureau, il écarte la ficelle de mon string et insère sa queue énorme et raide dans ma chatte trempée comme un couteau dans du beurre (mou).  Il attrape mes hanches pour aller et venir en moi et je lui demande de me serrer plus fort, ce qu’il fait. 

– "Hmmm, Monsieur le Directeur… ".

Difficile de retenir mes cris de plaisir pendant qu’il gémit doucement.  Je mordille la mousse de mon dossier pour étouffer les "aaah", "oooh", "ouiiii", "encoooore", "plus fort"…

– " Vous voulez que je m’asseye sur vos genoux ? ".
– " Why not, ma belle ? "

Sa queue sort de ma chatte trempée.  Il s’assied pour que je le chevauche et avant de m’empaler sur son vis ; ma bouche en reprend possession avec beaucoup de gourmandise pour absorder ma liqueur de plaisir.  Je porte ma bouche à la sienne dans un baiser très pervers pour lui faire goûter mon nectar.

Assise confortablement à califourchon sur lui, je le baise en l’embrassant profondément pour étouffer ses gémissements.   Le plaisir est intense : le boss se fait baiser par une salope, SA salope et nous avons tous deux la fièvre, cette sensation de chaud et froid à la fois qui nous donne le frisson et la chair de poule.  Divin !

Toute notion du temps est écartée.  Après une fabuleuse "cravate du notaire" entre mes deux seins, il se redresse.  Je comprends qu’il veut jouir sur mon visage, voire dans ma bouche. 

Il se branle sur mes joues, ma bouche est grande ouverte et ma langue s’allonge pour caresser ce gland gonflé et rougi de plaisir, cette queue raide comme l’acier et ces bourses dures dures et contractées.  Le premier jet de sperme jaillit sur ma joue droite.  Il tourne légèrement ma tête avec sa main pour jouir dans ma bouche grande ouverte et affamée.  Je me titille le clito et nous jouissons ensemble.

Son doigt receuille la chaude liqueur sur ma joue pour la porter à ma bouche.  Nous nous rhabillons, le regard empli de béatitude et retournons au travail.  Quel agréable après-midi…

Annonce controlée par : Laura au 08 95 699 077

Bon procede de voisinage

Arnaud est un jeune homme de 26 ans, les cheveux châtain foncé court, un corps mince et sensuel,  aux yeux bleus faisant rougir les jeunes femmes qui ont croisé un jour son regard charmeur et coquin.

Cadre dans une start-up d’informatique, il mène tranquillement sa petite vie de célibataire à Paris dans le 15ème, dans un quartier sans histoires, à l’intérieur de son petit trois pièces glamour où la couleur rose prédomine sur le reste.
 
Ce soir Arnaud rentre fatigué, épuisé, de sa journée de boulot. Il est sur les nerfs. Montant les marches de l’escalier
péniblement, il croise au 3ème étage sa voisine de palier. Elle est là, sortant de chez elle et se dirigeant comme tous les soirs vers l’épicier en bas de l’immeuble. La blondeur de ses cheveux illumine à elle seule le palier de l’appartement, assombri par la nuit tombante de ce mois d’Octobre.

C’est une très jolie jeune femme de 21 ans, étudiante, des hanches prononcées, une bouche très pulpeuse, et possédant un tatouage derrière l’épaule représentant un cœur enchaîné, ce qui ne manque pas de la rendre très sensuelle…

Arnaud la regarde fermer sa porte à clefs et lui esquisse un bonsoir de courtoisie très sensuel qui ne manque pas de la déstabiliser. 

En effet la jolie Luna s’est éprise d’un coup de foudre pour le bel homme, depuis qu’elle a emménagé la semaine dernière dans l’appartement voisin. Sa timidité l’empêchant de regarder Arnaud dans les yeux lui rétorque elle-même un bonsoir, presque gênée…

Arnaud a très envie de Luna ce soir, après sa journée de boulot l’excitation et le désir de passer une bonne soirée sont plus forts que tout.  Ouvrant sa porte, il se retourne et envoie tout doucement un « bonne soirée » presque aguicheur, pendant que Luna se hâte de descendre les marches de l’escalier.

La jeune femme une nouvelle fois déstabilisée, ne peut plus passer son temps à fuir. Dans sa tête, des milliards de choses se passent à l’instant même ou la voix d’Arnaud résonne, traversant tout son corps et lui procurant des sensations nouvelles que jamais elle n’a connues auparavant.

Mais avant même qu’elle ne puisse répondre, il lui prend sa main délicatement et dit : "J’aimerais beaucoup vous inviter à boire quelque chose, accepteriez vous de passer chez moi en rentrant de vos courses ?"

– Je…euh…c’est-à-dire que je d…
– 20h ça vous va ? Vous préférez whisky ou bien jus de tomate ?!

La jeune femme essuie un sourire naturel après la petite phrase amusante d’Arnaud. Puis, enfin mise à l’aise, elle répond : "Le whisky avec plaisir !"
– Très bien, alors on se dit à tout à l’heure ?"
 
Luna, excitée à l’idée de passer le début de soirée avec Arnaud, décide de rentrer chez elle, afin de se préparer…
Elle ferme sa porte, pousse un soupir, encore tremblante et émue de l’effet charnel qu’elle vient de ressentir en parlant
avec Arnaud.  Elle se précipite dans la salle de bain, et fait couler son bain aussitôt. Très excitée par l’invitation d’Arnaud, elle décide de sortir le grand jeu, ne voulant pas rater l’occasion qui vient de se présenter à elle.

Pendant que le bain mousse, Luna s’empresse de chercher dans ses tiroirs la tenue qui le fera craquer à coup sûr. Après plusieurs minutes, elle trouve enfin les sous-vêtements sexy qu’elle s’était achetée pour les « grandes occasions ».

En retirant ses vêtements, Luna s’aperçoit que sa petite culotte est toute humide… Elle en rougit presque, la chaleur monte, car elle repense à ce moment-là, au regard d’Arnaud plus tôt, ainsi qu’au désir fou qu’elle éprouve pour lui dès qu’il lui parle…

Elle se glisse ensuite dans la baignoire et commence à se frotter délicatement la peau. Elle commence par les jambes, et remonte jusqu’à sa petite fleur encore humide… Elle y passe la main, de bas en haut, remontant vers son clitoris.  Des petits mouvements de plus en plus rapides attestent que Luna ne se lave plus mais qu’elle est plutôt en train de se masturber, la tête en arrière, les yeux fermés, pensant inévitablement à l’homme dont elle est éprise… Elle gémit timidement, comme si le plaisir qu’elle se donne était un péché.

Après quelques minutes elle sort du bain, enfourchant une serviette autour de sa taille après avoir enfilé son joli string rose bonbon.  Elle jette ensuite un regard à la pendule, voyant ainsi 30 minutes d’avance sur l’heure de son rendez vous.

Voulant profiter de son temps d’avance, elle décide de retourner dans sa salle de bain, pour choisir le rouge à lèvres qui le fera craquer à coup sûr. 

Mais à cet instant précis, la sonnette retentit dans son appartement, la faisant presque sursauter. En panique, elle se dirige pour ouvrir la porte, faisant tomber par le fait même la serviette qui entourait ses hanches. Sur le palier c’est Arnaud, la bouteille de whisky à la main…
 
A suivre…

Annonce controlée par : Laura au 08 95 699 077

Une levrette vite fait bien fait

Lundi 3 octobre

Cet après-midi, je validais des galeries photos amateur pour un site.  C’est assez amusant, voire excitant quand on tombe sur certaines galeries…  Difficile de ne pas avoir envie de sexe à un moment ou à un autre, surtout quand mon « Big Tish » adoré bosse derrière son pc à côté de moi…

Il travaillait très sérieusement et je m’appliquais à ma tâche pour ne pas le déranger,mon string commençant tout de même à s’humidifier face au défilé de galeries photos de ces cochonnes en train de se masturber ou de sucer des mecs.

Depuis le temps, il me connaît et quand il voit que je serre les cuisses en travaillant, il sait que j’ai des pensées coquines voire perverses derrière la tête lolll.  J’essayais de me concentrer au maximum et je n’avais pas remarqué qu’il m’observait, le cochon…  Hmmm, mon petit cochon adoré…

Je lui dis alors très sérieusement que je devrais partir dans un quart d’heure pour mon cours de fitness.

Le coquin se leva, face à moi, et me répondit qu’un quart d’heure, c’était largement suffisant pour une petite levrette vite fait bien fait (un de mes péchés mignons) !

Un sourire allumé aux lèvres, laissant échapper un « hmmmmmm », je validais ma dernière galerie avant de m’accroupir à ses pieds pour extraire sa queue de son jeans : il avait bien caché son jeu : il bandait déjà le coquin…

Comme le temps était compté, j’engouffrais aussitôt sa bite dans ma bouche pour la sucer goulument comme il l’apprécie tant.
Je n’ai pas eu le temps de me fatiguer qu’il avait déjà une trique d’enfer prête à me pénétrer par derrière.

Ni une ni deux, il retira mon top, dégagea mes seins de mon soutien-gorge pour les goûter avec sa gourmandise habituelle et je retirai mon jeans pour me mettre en position.

A genoux sur ma chaise de bureau face au mur, j’étais prête à l’accueillir et il me donna quelques petites fessées pour m’exciter encore plus.

Il écarta mon string en me faisant le coup du « marteau chuukais » sur les fesses.

– Tu vas rentrer comme dans du beurre, mon chéri !
– Je m’en doute, ma petite salope.  Toujours prête à accueillir ma bite au fond de ta bonne petite chatte…

Il avait visé juste : agrippé à mes hanches, il allait et venait dans ma petite chatte trempée sans aucune difficulté.

Je gémissais et il me fit remarquer que je criais assez fort.  C’est fou mais quand je prends mon pied, je n’ai plus aucune notion des décibels lol.  Tant pis pour les voisins, ils ont l’habitude si pas la bite rude hihi…

Je lui répondis que comme d’habitude, c’était sa faute, à force de me bourrer aussi bien…
Néanmoins, il y allait de plus en plus fort, me faisant crier de plus belle.

Puis, il se retirait et me pénétrait à nouveau.  J’adore quand il me fait languir et il le sait.

Le temps s’écoulait et il fallait faire vite où je serais en retard à la salle.
Je lui demandais donc d’y aller à fond et il accéléra le rythme, ses hanches claquant sur mes fesses, hmmmm.

Je jouis relativement fort et il éjacula sur mes fesses qui vibraient de plaisir.  J’étalai son sperme brûlant sur mes fesses et mon sexe bien dilaté, profitant du liquide pour caresser mon clito qui se contractait encore.

Bien étalé, j’eus tout juste le temps de remettre mon soutif en place ainsi que mon top que sa semence était déjà sèche.

19 heures précises, top chrono, un quart d’heure et pas une minute de plus.

Je n’avais ni le temps ni l’envie de me laver les fesses, appréciant garder son odeur encore sur mon corps.

J’enfilais mon pantalon le jogging et nous nous embrassâmes fougueusement.

J’arrivai à l’heure à la salle, le sourire aux lèvres et la tête encore pleine de souvenirs savoureux.

Je fus au top de ma forme ce soir…

Annonce controlée par : Laura au 08 95 699 077

Fin de soirée en club

Dimanche 2 octobre

Quelle nuit !
Samedi soir, fin de soirée dans un club que nous n’avions pas encore testé, mon « Big Tish » et moi (traduire grosse queue,
c’est comme ça que je surnomme mon petit chéri…).

Accueil chaleureux par la patronne : une quarantaine d’années, longs cheveux blonds lisses, yeux bleus, pulpeuse et bronzée, hmmmmm, plus qu’appétissante : elle nous a tout de suite plu à tous les deux.

Arrivés au bar, son homme est venu faire notre connaissance : grand, bronzé, musclé, les cheveux longs bouclés (il ressemble à feu Michael Hutchence, chanteur du groupe INXS).
Il était torse nu et portait un pantalon de cuir, hmmmmm,
aussi sympa et chaleureux que sa petite femme venue nous rejoindre entre-temps.

Sur la piste de danse, une nana a commencé à sucer un mec tandis que nous discutions en observant la scène.  Le patron nous dit, l’oeil aguicheur: « vous voyez, ici il se passe toujours quelque chose… ».  Puis, elle s’est accrochée à la barre de la piste et le « sucé » l’a prise par derrière.  J’étais très excitée et mon chéri aussi.

La chaleur montait, il était temps pour nous de passer aux vestaires, guidés par notre hôtesse.  Tenue en vinyle pour moi et string rouge pour mon Big Tish, elle nous matait avec grand appétit et la réciprocité était de mise.

Redescendus au bar où son homme nous attendait, verres remplis de vodka orange, il n’y avait plus grand monde au rez-de-chaussée.  Tous étaient bien occupés dans les alcôves…  Un papy en pleine forme (et en string !) se déchaînait sur la piste de danse.  Un homme dégustait les seins de sa partenaire.  Quelques laissés pour compte noyaient leur solitude dans l’alcool, se contenant de mater autour d’eux.

Nos hôtes nous faisaient du rentre-dedans, ce qui était loin de nous déplaire, au contraire.

Michael Hutchence me touchait de plus en plus en me parlant, tout comme sa belle se frottait à mon homme, mais nous ne sommes pas jaloux, nous ne serions pas libertins sinon lolll. 

Ils nous faisaient des avances, c’est clair, les rennes étaient entre nos mains.

Après un regard complice, mon big tish attira la belle contre lui, sa main autour de sa taille : j’étais exitée de voir ses seins volumineux sur le torse de mon chéri.
Michael mit son bras autour de mon épaule en caressant ma nuque avec sa langue
et nous observâmes, excités, sa femme s’accroupir pour sucer mon homme.  Je fis de même avec lui. 

De temps en temps, nous retrouvions les queues de nos partenaires respectifs pour les pomper, nous embrassant fougueusement et sans retenue sur l’une ou l’autre.  Le jeu était très amusant.

Les alcôves étant toutes occupées, notre quatuor se termina dans un coin salon : pipes, minettes, pénétrations profondes, mon big tish et elle, le leader d’INXS et moi, elle et moi, nous nous sommes tous bien amusés. 

Nous nous sommes quittés en leur promettant de revenir et de retour à la maison, nous avons remis le couvert tous les deux avant de nous endormir profondément.  On peut dire que nous avons été bien accueillis !!!

Et comme chaque fois que nous sortons en club, ce dimanche a encore été torride : mon petit pervers adoré m’a sodomisée après la pipe gourmande que je lui ai taillée avec délice.

Ce soir, on se couche tôt, boulot demain, pffff !

Annonce controlée par : Laura au 08 95 699 077

les plaisirs de la soumission avec une soubrette asiatique

Marina se sentait en pleine forme ce vendredi-là. La journée d’hier l’avait rendue particulièrement de bonne humeur, entre la chaude baignade dans la piscine et le trio improvisé dans la Limousine, humm, elle en avait l’eau à la bouche.

Par cette belle journée ensoleillée, Marina et Karl avaient eu une conversation professionnelle au sujet de l’avancement des travaux, se baladant tout l’après-midi dans l’immense parc bordant la propriété privée de Karl.

L’heure avançait à grand pas, et la belle décida de retourner dans sa chambre afin de se faire belle pour le repas.

En ouvrant la porte, quelle ne fut pas sa surprise en découvrant la gouvernante de Karl allongée sur son lit, sa robe de soubrette remontée sur son ventre, en train de se caresser la chatte de sa main droite, et ses seins de l’autre main.

La jeune femme était d’origine asiatique et ne devait pas avoir plus de 24 ans. Elle avait les cheveux noirs relevés en chignon, et sa tenue de travail était des plus sexy, on aurait dit un de ces uniformes en vente dans les sex-shops, qui faisait fantasmer les hommes au plus haut point.

La jeune soubrette se leva en sursaut, surprise de voir Marina revenir si tôt dans sa chambre.

« Oh pardonnez-moi Mademoiselle, je suis vraiment confuse », dit-elle les joues rouges écarlates.

Marina, souriant : « S’il vous plaît, ne vous arrêtez pas, c’était un très joli spectacle ».

La gouvernante ne se fit pas prier et s’allongea de nouveau sur le lit. Marina prit une chaise et alla s’asseoir à ses côtés, pour la regarder de plus près.

Marina : « Allez, caressez-vous ! J’ai très envie de vous regarder ainsi et d’en faire autant que vous ».

La soubrette : « Comme vous voudrez Mademoiselle ».

Marina souleva sa robe et se mit bien au fond de sa chaise, pour ne pas avoir de difficultés à écarter les cuisses.

La petite servante prit le gode qu’elle avait apporté avec elle et posé sur le lit à ses côtés, et l’introduisit dans sa chatte trempée.

Marina était terriblement excitée à la vue de ce spectacle qui se déroulait à peine à un mètre d’elle. Elle aimait beaucoup mater les femmes prendre du plaisir.

Marina : « Voulez-vous que je me joigne à vous ? ».

La soubrette : « Tout ce que vous voudrez Mademoiselle, je suis à votre service », dit-elle avant laisser s’échapper un gémissement.

Marina : « Vraiment ? Vous ferez tout ce que je veux ? ».

La soubrette : « Oui, absolument tout Mademoiselle ».

Marina : « Très bien, alors mettez-vous à quatre pattes ».

La jeune et jolie femme s’exécuta. Marina se leva alors et lui prit le gode des mains. Elle lui enfonça profondément cet objet de plaisir dans sa chatte lisse et trempée, pendant que sa langue s’enfonçait dans son anus.

La petite asiatique gémit de plus en plus fort tant Marina lui procurait du plaisir.

Elles entendirent la porte de la chambre s’ouvrir et virent Karl sur le seuil, le sourire aux lèvres.

Karl : « Je vois que nous n’avez pas perdu de temps Mesdemoiselles »

Les deux jeunes femmes lui sourirent en guise de réponse.

Karl : « Alors comme ça vous voulez jouer, très bien nous allons jouer. J’aimerais Marina que tu te mettes dans la même position que ma chère employée ».

Marina fit exactement ce que Karl lui demanda. Elle se sentait plutôt d’humeur soumise ce jour là, d’autant qu’elle n’était pas la seule dans ce cas là.

Karl se mit à genoux derrière les deux jeunes femmes et introduisit deux doigts dans chacune des chattes qu’il avait pour lui tout seul.

La queue du bel italien se raidissait à chaque gémissement que faisait l’une ou l’autre de ses compagnes, à tel point que son pantalon était devenu trop étroit. Il se mit donc à son aise et se déshabilla, pendant que les deux femmes s’embrassèrent goulûment toute langue sortie.

Il se mit ensuite face à ses deux soumises et les prit par les cheveux.

Karl : « Sucez-moi toutes les deux ».

Les deux femmes avalèrent la queue bien raide du rital et se la partagèrent en se caressant mutuellement. De temps à autre, elles ne purent s’empêcher de se rouler une pelle, la langue sortie, ce qui excitait Karl de plus en plus.

Karl sentit que la sauce montait et qu’il n’allait pas tarder à jouir. Il décida donc de passer aux choses sérieuses, et en changeant de position, la fièvre redescendrait.

Il s’allongea sur le dos et d’un signe de tête, fit signe à la belle asiatique de s’asseoir sur sa queue, ce qu’elle fit aussitôt. Il prit Marina par ses hanches et la guida pour qu’elle s’asseye sur sa bouche, car il voulait goûter son nectar savoureux.
Les deux jeunes femmes se retrouvèrent ainsi face à face, chacune prenant du plaisir grâce à la queue ou à la langue de Karl, et par les baisers goulus et les caresses qu’elles se faisaient en même temps.

Karl s’empara du gode posé sur le lit et l’enfonça dans le cul de Marina pendant qu’il lui léchait vigoureusement sa petite chatte bien rasée.

Elle se mit à crier de plus en plus fort, au fur et à mesure qu’accéléraient les mouvements de ce jouet en elle. La jeune soubrette accéléra également les vas et vient sur le sexe brûlant de son patron.

Karl lâcha un cri rauque de soulagement, faisant savoir aux deux jeunes femmes sur lui qu’il venait de jouir.

Ses deux compagnes s’allongèrent à côté de lui et continuèrent à se caresser et à s’embrasser.

Karl : « Je vous laisse vous amuser Mesdemoiselles, vous êtes beaucoup trop gourmandes pour moi », dit-il en souriant.

Il se rhabilla en pensant que ces Demoiselles en avait pour un certain moment avant de le rejoindre.

Ce soir il le savait, il serait de corvée de cuisine…

Annonce controlée par : Laura au 08 95 699 077